Vendredi 13 décembre 2013 5 13 /12 /Déc /2013 17:30

Tant de débats, tant de rapports, tant de promesses, auxquels ont pourrait déjà ajouter d'autres promesses déjà prêtes pour d'autres élections présidentielles pourtant encore lointaines...

Vous pourrez voir ici comment le CEAS de la Mayenne, centre d'étude et d'action sociale, reprend à son compte la lettre ouverte adressée récemment par la Fnapaef, fédération nationale des associations de personnes âgées et de leurs familles, au Premier Ministre.

 


Suite au lancement de la concertation sur le projet de loi d’orientation et de programmation pour l’adaptation de la société au vieillissement, la Fédération nationale des associations de personnes âgées et de leurs familles (Fnapaef) – dont fait partie localement l’Association des aînés résidant en collectivité et de leurs familles (ARCF), présidée par Marc Reybaud – vient d’adresser une longue lettre ouverte à Jean-Marc Ayrault, Premier ministre.

La Fnapaef incite le Premier ministre à ne pas confondre « vieillissement normal et vieillissement en situation de handicap, suite à une maladie invalidante ». Certes, la Fnapaef approuve la volonté du Gouvernement de développer la prévention, l’adaptation du logement, les activités physiques, etc., mais à condition de ne pas fuir ses responsabilités vis-à-vis des personnes âgées aujourd’hui en situation de handicap, quel que soit leur âge.

La Fnapaef refuse tout aménagement de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) dans la mesure où « ce système est fondamentalement discriminatoire » car lié à la date de naissance de la personne, et non au type de handicap dont elle est victime.

La Fnapaef appelle un renforcement des moyens pour permettre « un accompagnement digne de ce nom » aux personnes qui souhaitent rester à domicile. Elle regrette qu’il faille « attendre, attendre encore » la baisse du reste à charge dans les établissements. « Cela fait maintenant dix ans que nous attendons, soutient la Fnapaef. Beau-coup de personnes âgées sont décédées, et d’autres vont nous quitter sans jamais avoir eu l’accompagnement répondant à leurs réels besoins ».

Une « silver économie » gadget ?

Le Gouvernement prône la « silver économie », censée regrouper toutes les entreprises agissant pour et/ou avec les personnes âgées. La Fnapaef se déclare consciente que les aides techniques, en particulier, peuvent apporter une réponse à des besoins bien précis (communication, transports...), mais « en aucun cas elle ne doit avoir pour but de remplacer l’accompagnement humain par de la robotisation à outrance. Une présence, une main, une voix humaine, poursuit la Fnapaef, sont irremplaçables pour l’homme jusqu’au bout de la vie. La " marchandisation " de la vieillesse a des limites à ne pas dépasser »

Reprenant les propos mêmes du Premier ministre, la Fnapaef s’inquiète de voir le Gouvernement écarter définitivement la suppression de la barrière de l’âge (à 60 ans) et abandonner la mise en place d’un cinquième risque de sécurité sociale, donc basé sur la solidarité nationale.

La Fnapaef se demande si elle peut encore avoir confiance « après avoir vu tant de débats, tant de rapports qui n’ont mené à rien »… Nicolas Sarkozy, président de la République, avait lui-même déclaré : « Attendre encore serait une faute morale impardonnable. Ce serait refuser de regarder la vérité en face »

Quant aux aidants familiaux que le Gouvernement prétend vouloir aider, la Fnapaef remarque qu’eux aussi attendent depuis longtemps d’être « reconnus et soutenus par la solidarité nationale ». Certains, observe la Fnapaef, ont plus de 70 ans, voire 80 ans. Or, « ils ont parfois aussi des problèmes de santé sans avoir le temps de se soigner ».

Les aidants remplacent, « bien malgré eux souvent, et jusqu’à épuisement, les professionnels qu’ils n’ont pas à leurs côtés. Ne devraient-ils pas d’abord conserver un rôle relationnel, affectif, s’interroge la Fnapaef, et être secondés par des professionnels de qualité ? »

La Fnapaef conclut en demandant « la mise en place d’une prestation unique, attribuée, non pas en fonction de l’âge, mais en fonction des réels besoins de la personne à accompagner ».

Bien Vieillir Ensemble en Lorraine ne peut que renforcer ce qui est dit ici.

J.K.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par bienvieillir
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Liste d'articles

Voir tous les articles sans catégorie

Présentation

  • : bien vieillir en Lorraine
  • bien vieillir en Lorraine
  • : alzheimer bien vieillir grand-âge financement du 5° risque Actualité
  • : Nous cherchons à rassembler toutes les personnes concernées par les questions du grand-âge, de la dépendance, des maisons de retraite, du maintien à domicile, afin de peser et de faire entendre la voix des usagers dans le débat actuel sur le cinquième risque et la dépendance. Passer par le menu "pages" pour mieux nous connaître, voir les statuts de l'association et adhérer.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Rechercher

Texte Libre

Associons-nous pour bien vieillir en Lorraine aujourd'hui et demain.

Editez, complétez et renvoyez-nous

le bulletin d'adhésion qui figure dans le menu "pages"

 ou échangeons par mail sur : bienvieillir.enlorraine@orange.fr

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés